Conseils Peau, Décryptage

Campagne de lutte contre la dépigmentation : la ville de Paris s’engage !!!

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

© poco_bw – Fotolia.com© poco_bw - Fotolia.com


Ceux qui nous lisent depuis le début savent que NoireôNaturel souhaite lutter contre la dépigmentation en vous informant parce que se blanchir la peau est nocif pour la santé et qu’elle est le reflet d’une crise identitaire forte pour les adeptes de ces pratiques.
L’utilisation de ces crèmes « interdites » sont une mane financière pour des industriels de la cosmétique peu scrupuleux ! Nous ne serons jamais de trop à crier : S-T-O-P !!!
Soyez NoireôNaturel et fières de l’être !

Nous ne pouvons que saluer cette initiative de la ville de Paris !!!

FOCUS

Une campagne pour alerter sur les dangers du blanchiment de la peau

« La mairie de Paris lance une campagne d’information sur les dangers de la dépigmentation. Environ 20% des femmes d’origine afro-antillaise habitant dans la capitale auraient recours à des produits éclaircissants, dont les effets sont souvent très nocifs pour la santé. Un guide pédagogique sera publié à cette occasion. Une soirée-débat (le 3 novembre à l’Hôtel de Ville) et une fête à la mairie du 18e (le 7 novembre) sont organisées. 
Les produits éclarcissants peuvent nuire gravement à la santé. C’est le principal message de la campagne d’information lancée par la mairie de Paris, en partenariat avec URACA (association d’information et de prévention sanitaire et sociale en direction des populations africaines). Des affiches sont disposées dans trois arrondissements (10, 18e et 19e) dès le 4 novembre. Un guide pédagogique, ainsi qu’une bande dessinée sont aussi publiés.
Détérioriations majeures de la peau
Car l’usage des crèmes pour éclarcir la peau semble très répandu à Paris : environ 20% des femmes de la communauté afro-antillaise les utiliseraient. « Cette campagne de santé publique vise à les mettre en garde sur les dangers auxquels elles s’exposent, explique Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire chargé de la santé publique et des relations avec l’AP-HP. Et les populations concernées n’ont souvent pas conscience des risques encourus ».
Les premières séquelles peuvent être gravissimes : détériorations majeures de l’épiderme, acné résistante, vergétures, affinement extrême de la peau… A moyen terme, des risques d’hypertension, de diabète, voire la perte de la vue peuvent survenir.

Comment éviter ces dangers ? « Pas de produits interdits, vendus à la sauvette ou achetés dans un autre pays, pas de produit hors de son emballage d’origine, pas de mélanges », conseille le Dr Antoine Petit, dermatologue, dans le prologue du guide. Les messages de prévention commencent d’ailleurs à être diffusés auprès du personnel médical, des permanences de Protection maternelle et infantile (PMI) et des associations des trois arrondissements concernés. Une centaine de personnes ont déjà été formées par l’URACA.

Une fête à la mairie du 18e et une conférence-débat
– « Beauté ébène, une journée citoyenne sur les dangers de l’éclaircissement de la peau » : c’est le nom de la fête organisée le samedi 7 novembre à la mairie du 18e en présence de la marraine et du parrain de la campagne : Aya Cissoko (double championne du monde de boxe française) et Enoch Effah (triple champion du monde de boxe française). Au menu : une table-ronde, un débat, danse, chant…
A partir de 14h, entrée libre
– Une soirée-débat sur le blanchiment de la peau le 3 novembre
Projection du film « Blanchir, une affaire pas très claire » et débat
Organisée par le groupe communiste et élus du Parti de gauche du Conseil de Paris, le 3 novembre à 18h, à l’auditorium de l’Hôtel de Ville, 5 rue de Lobau (4e)
Invitations disponibles par mél (avant le 3 novembre, 16h) : groupe_communiste@paris.fr »
Source Ville de Paris.fr et atelier ville Paris 18ème
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires

  1. Bonjour,
    je salue et encourage cette initiative de la mairie. C’est important d’expliquer aux gens les dangers qu’ils encourent. Mais cela ne règle pas le problème, pour que les personnes changent, je pense qu’il faut changer leurs modèles et que l’on arrête de nous vanter par tous les médias cette identification à une peau claire et des cheveux raides entre autres…ce genre de manifestation colmate une blessure plus profonde et plus ancrée.
    Le véritable progrès serait plus de visuels de vraies personnes, authentiques.
    coridalement,
    gladwys

  2. Bonjour Gladwys,
    Nous sommes 100% d’accord avec vous, le malaise vient en partie du modèle auxquelles les femmes s’adonnant à ces pratiques se réfère. Les médias font l’apologie des Beyonce et compagnie n’hésitant pas à retoucher les photos !!! Il est temps en effet que le paysage audiovisuel soit en adéquation avec la réalité et les gens auxquels elle s’adresse ! NoireôNaturel ne cessera de marteler que les femmes noires doivent prendre conscience de leur potentiel beauté, et cela passe par la connaissance et l’estime de soi ! Alors nous ne nous lasserons pas de le répéter : Soyez NoireôNaturel et fières de l’être.
    Et merci pour ce commentaire.
    Ô plaisir,
    Karambole

  3. je suis heureux de vous lire et de savoir que vous luuter dignment contre la depigmentation à travres des publications. je sius cosmetologue résidant en coted’ivoire et la lutte contre la dépigmentation est mon combat et le sera pour toujours car j’ai eu l’initiatiative de réunir certains de mes colegues afin de d’installer une ong de lutte contre la depigmentation et le respect des normes des produits cosmétiques. en tant que 1er responsable de cette association je vous demande par le biais de ce commentaire une étroite collaboration pour mieux mener notre combat.
    n.b le lancement de notre ong sera dans le mois de novembre 2011 abidjan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *