Skip to main content

Croissance et problèmes spécifiques…

 

Notre cheveu se casse au fur et à mesure de sa croissance, ce qui nous fait croire à tort qu’il ne pousse pas. En réalité, le cheveu crépu se recroqueville sur lui même au fur et à mesure qu’il pousse.

Aussi la seule solution pour enrayer la sécheresse naturelle de notre cheveu, et favoriser sa croissance, c’est d’éviter de lui faire subir une batterie d’agressions chimiques et mécaniques, avoir une alimentation saine, l’hydrater de l’intérieur en prenant quotidiennement des capsules d’huile de bourrache et d’onagre et prodiguer régulièrement des masques hydratants.

Facteurs de chute généraux

La chute des cheveux peut répondre aux facteurs généraux habituels : un problème hormonal, le stress, une carence alimentaire… La chute est également souvent liée aux pratiques spécifiques de coiffure afro : tresses, rajouts, défrisages. Ces deux sortes de facteurs peuvent affecter une même chevelure

Les chutes androgénétiques
Pour les chevelures crépues, elles sont moins communes et généralement plus lentes dans leur évolution, que pour les chevelures de type occidental.

Presque toujours héréditaires, elles sont dues à un dysfonctionnement des hormones androgènes au niveau du cuir chevelu et se manifestent par un affinement des cheveux puis par leur disparition progressive, sur des zones bien délimitées de la tête.

Chez l’homme, elles se traduisent par une calvitie graduelle sur les golfes et sur le vertex (tonsure), rarement par une calvitie totale. Chez la femme, elles se localisent sur le dessus de la tête et le vertex et apparaissent souvent à l’occasion d’une maternité ou, beaucoup plus tard, au moment de la ménopause.

Les chutes dues au stress
Le stress, la fatigue, un choc émotionnel violent peuvent entraîner une chute des cheveux diffuse, sur l’ensemble de la tête, ou (parfois pour la femme) localisée sur les côtés. Après l’arrivée en France, le désarroi que provoque le changement de climat et des habitudes de vie est souvent à l’origine de ce type de chute.

Les chutes par carence ferrique
Ce sont des chutes diffuses, sur l’ensemble de la tête, elles concernent les femmes et débutent par un amincissement caractéristique de la kératine et de la racine des cheveux. Plus fréquentes chez les afro-antillaises que chez les occidentales, elles doivent faire l’objet d’un dépistage systématique, en cas de port du stérilet, de règles abondantes ou de maternités multiples.

Conseil de bon sens : Consommez des aliments riches en fer tels que boudin noir, foie, viandes rouges, cacao, amandes… Et n’oubliez pas que la vitamine C facilite le transport du fer : un jus d’orange pris au cours du repas, multiplie par trois l’absorption du fer contenu dans les aliments ingérés.

Facteurs de chute liés à la coiffure

Les chutes par traction
Elles sont déclenchées par la traction continue que les petites tresses et les rajouts exercent sur le bulbe. Traction qui éloigne les racines de leur zone d’irrigation et précipite la chute des cheveux. Trop souvent sollicités à produire de nouvelles repousses, les follicules pileux s’atrophient lentement et finissent par ne plus en produire du tout.Le dégarnissement commence souvent par un recul de l’implantation capillaire, sur le devant. Aux stades les plus sévères, ces chutes présentent l’aspect classique d’une fausse pelade, sur les zones où la traction s’exerce fortement : front d’abord, mais aussi côtés et nuque. Cheveux moins nombreux également sur le vertex.

Le trouble s’accompagne parfois de signes d’inflammation des follicules pileux (folliculites), avec formation de minuscules pustules, autour des cheveux ou des repousses.

Srce Clauderer

Laisser un commentaire